Réunis à Bruxelles pour célébrer l’ouverture de l’année de l’agriculture familiale, des paysannes et paysans de Via Campesina du Nicaragua, du Mozambique, du Portugal, de France, de Croatie, d’Inde, d’Italie, des Etats-Unis, du Maroc, du Mali, d’Argentine, de Roumanie, d’Espagne et de Norvège, ont démontré qu’une autre agriculture est possible.

L’agriculture paysanne familiale :

- respecte les ressources naturelles pour les paysans d’aujourd’hui et de demain.

- procure de l’emploi et préserve le tissu social sur tous les territoires.

- est économiquement efficace, et procure des revenus décents partout où elle est respectée.
Ainsi, les paysannes et paysans ont interpellé la Commission Européenne à l’occasion de l’ouverture de l’année de l’Agriculture Familiale.

- Pour que les aides de la Politique Agricole Commune profitent aux petites fermes plutôt qu’aux grosses exploitations.

- Pour que les paysans d’Europe et du monde puissent accéder à leur terre, à l’eau, aux semences, au crédit.

- Pour que l’Union Européenne renonce à son agressivité commerciale. La preuve est faite que les accords bilatéraux et les politiques de libre échange menacent l’existence de cette agriculture familiale. Puisque aujourd’hui, la Commission européenne déclare son attachement à l’Agriculture Familiale, Via Campesina, lui demande de mettre en pratique ces bonnes résolutions. Nous souhaitons que 2014 soit l’année de naissance d’un autre commerce, au service des peuples plutôt que des capitaux.

Par ailleurs, la Via Campesina adresse une pensée aux paysans indiens et relaie ce message de la représentante de son organisation régionale, Nandini Kardahalli Singarigowda. La paysannerie en Inde subit tant de pression que les fermetures de ferme ont poussé au suicide 240 000 paysans depuis 1997.
« End untransparent Free Trade Agreements, save farmers like Vittal ArbHavi from death and bring back culture of agriculture ; comes back glory of family farming ».

Enfin, la Conférence ministérielle de L’OMC s’ouvre à Bali. La Via Campesina sera présente pour dire combien le monde a besoins de tous ses paysans et paysannes, et rappeler les bienfaits d’une agriculture locale et respectueuse des communautés humaines et de l’environnement.
Bruxelles, le 3 décembre 2013

Likes(0)Dislikes(0)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *