Les 8, 9 et 10 mars a eu lieu à Lampai (Teo, Galice) la réunion du groupe de travail des femmes de la Coordination européenne Via Campesina (ECVEC). Outre nos hôtesses galiciennes et de l’Etat espagnol, étaient présentes des femmes originaires d’Autriche, d’Italie, de Norvège et de Pologne. Nous avons également pu compter sur la présence d’une représentante de la Via Campesina en Amérique Latine appartenant au mouvement d@s Sem Terra (MST), Camila Bossana (brésilienne).

Dans le cadre de cette rencontre, les participantes ont mis en avant le travail de ECVC pour les femmes effectué ces dernières années. Elles ont déterminé la ligne d’actions pour 2013 au niveau européen. Elles ont profité de l’occasion pour préparer la IV Assemblée des femmes.

Parmi les tâches réalisées par ce groupe, il faut souligner les actions visant à la reconnaissance des droits des paysannes dans le cadre européen et la lutte pour éradiquer la violence à l’égard des femmes dans le milieu rural.

Bien qu’il s’agissait d’une rencontre interne, le samedi 9 mars un débat publique a eu lieu dans lequel ont pris part, en plus des représentantes de ECVC, des femmes du Sindicato labrego Galedo (SLG – Syndicat ouvrier galicien). Cette journée portes ouvertes a débuté avec l’intervention de Nadia Álvarez, du collectif féministe Andaina, qui a fait une analyse de la façon dont la crise touche bien plus les femmes, et en particulier, celles qui vivent en milieu rural ou travaille dans le secteur agropastoral. En ce sens, la responsable du Secrétariat général des femmes de SLG, Maria Ferreiro Santos, a dénoncé le fait que de nombreuses paysannes ont cessé de cotiser pour la sécurité social aux vues de la réduction de leurs exploitations due à l’augmentation du prix des intrants, à la hausse des impôts et à la faiblesse des prix à la ferme. Par ailleurs, le démantèlement des services sociaux liés aux soins aux personnes âgées et aux jeunes enfants, se traduit par une charge plus lourde en termes de tâches ménagères pour les professionnelles de l’agriculture, et par la même, par une perte importante d’indépendance. Ceci s’inscrit dans un contexte où nous n’avançons pas vers l’égalité à cause de l’inefficacité de la Loi de Titularisation partagée (Ley de Titularidad Compartida). Inmaculada Idáñez Vargas, responsable du volet Femmes de la Coordination des Organisations d’Agriculteurs et d’Eleveurs de l’Etat espagnol (COAG), a dénoncé l’échec total de ce texte législatif en raison de son caractère volontaire et non-contraignant. Cela a eu pour conséquent que parmi les 200 000 agricultrices de l’Etat espagnol qui ne sont pas titulaires des exploitations dans lesquelles elles travaillent, seulement une centaine ont fait une demande de titularisation depuis l’entrée en vigueur de la loi en octobre 2011.

Les participantes ont fait une pause dans les débats pour prendre part à la manifestation lancée par divers collectifs féministes à Saint-Jacques de Compostelle pour célébrer la Journée internationale de la femme. L’après-midi, le travail en groupe a repris pour effectuer une analyse plus approfondie des questions susmentionnées et pour donner une réponse à une série de demandes qui découlent des changements profonds qu’entraînent la crise dans le milieu rural et dans les professions agricoles, en général, et en particulier la situation socio-économique des agricultrices.

Likes(0)Dislikes(0)

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Información básica sobre protección de datos
Responsable Víctor Montes +info...
Finalidad Gestionar y moderar tus comentarios. +info...
Legitimación Consentimiento del interesado. +info...
Destinatarios Automattic Inc., EEUU para filtrar el spam. +info...
Derechos Acceder, rectificar y suprimir los datos, así como otros derechos. +info...
Información adicional Puedes consultar la información adicional y detallada sobre protección de datos en nuestra página de política de privacidad.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.