Communiqué de Presse 11 Août 2011

Famine en Afrique :Le forum mondial de Krems demande à l’Europe de prendre ses responsabilités

Forum Nyéléni pour la souveraineté alimentaire

Une étape importante dans la lutte pour la réforme du système agricole et alimentaire du 16 au 21 août, à Krems en Autriche

La sécheresse persistante et les conflits locaux ne sont pas les seuls responsables de la crise de famine dévastatrice qui accable la Corne de l’Afrique. Les politiques commerciales internationales, “l’accaparement des terres”, l’absence de réserves alimentaires, la gestion inadéquate de l’eau et la spéculation sur les matières agricoles et alimentaires portent une part de responsabilité non négligeable dans l’aggravation de cette catastrophe… tout comme dans celles qui affectent et ont affecté d’autres pays parmi les plus pauvres*. Non seulement les gouvernements européens et la communauté internationale ont le devoir d’apporter rapidement une aide adéquate mais ils doivent surtout apporter un changement fondamental dans leurs politiques agricoles et alimentaires.

Une étape importante pour la mise en oeuvre d’un autre système agricole et alimentaire aura lieu à Krems, en Autriche, du 16 a 21 août 2011. Plus de 600 agriculteurs, militants et consommateurs, issus de toute l’Europe mais aussi des délégués d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud et du Nord sont attendus pour le premier Forum européen pour la souveraineté alimentaire. Les participants discuteront entre autres de la responsabilité de l’Europe dans l’actuelle crise de famine. Ils débattront des stratégies à mettre en oeuvre pour développer des alternatives économiquement et socialement durables au système agricole et alimentaire actuel.

“Si nous voulons lutter contre la famine à travers le monde et obtenir des résultats durables sur le long-terme, alors la politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne ne peut se contenter d’être un outil au seul service des intérêts des grandes multinationales de l’industrie alimentaire et des milieux financiers et spéculatifs. Ce n’est que si la PAC se fonde sur le principe de la souveraineté alimentaire que la survie de milliards de paysans pourra être assurée “, explique Irmi Salzer, membre de la fédération d’agriculteurs ÖBV-Via Campesina Autriche et co-organisateur du Forum.

Le concept de souveraineté alimentaire se présente comme une critique du système néolibéral et comme une alternative aux politiques agro-industrielles, alimentaires et agricoles actuelles, tant au niveau local que régional et international. Depuis le premier Forum Nyéléni, en 2007 au Mali, ce concept a été approfondi plus en détail et l’objectif de Forum de Krems est d’en poursuivre le développement à travers les apports des acteurs du milieu agricole et dans l’industrie alimentaire. En outre, le Forum offrira une base solide au développement d’un mouvement européen fort en faveur de la souveraineté alimentaire.

Parmi les principes qui définissent le concept de souveraineté alimentaire il y a, entre autres, le droit à une nourriture saine et en harmonie avec les pratiques culturelles locales, la reconnaissance de l’importance du rôle joué par les producteurs d’aliments, le renforcement du contrôle des acteurs locaux sur le système alimentaire ainsi que l’encouragement des savoirs locaux et des pratiques traditionnelles en matière d’agriculture.

Forum Nyéléni pour la souveraineté alimentaire : www.nyelenieurope.net
Du 16 au 21 août, Messehallen Krems, Utzstraße 12, 3500 Krems, Autriche

Contact pour la presse :
Le Forum offrira de nombreuses opportunités d’interviews intéressantes avec des délégués internationaux. Vous trouverez dans le dossier ci-joint des informations de fond sur les différents aspects et questions abordées. Contactez nous pour prendre rendez-vous avec les différents acteurs participant au Forum.
Pour les demandes d’accréditation et d’interviews, merci de contacter :
Marzia Rezzin : marzia.rezzin@eurovia.org, portable : 0032 473 300 156
DI in Irmi Salzer : irmi.salzer @ viacampesina.at , 0043-699-11827634

* Contexte actuel :
L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a alerté les instances internationales et l’opinion publique sur le fait que la famine qui sévit actuellement en Ethiopie, au Kenya, à Djibouti et en Ouganda pourrait se propager à d’autres régions.
L’exemple de l’Ethiopie montre comment la recherche de profit, la spéculation sur les matières premières et agricoles, l’accaparement des terres à des fins spéculatives… le tout encouragé par la politique européenne en faveur des agro-carburants, ont détruit les moyens de subsistance des populations pauvres. Alors que 2,8 milliards de personnes étaient déjà dépendantes de l’aide alimentaire avant la sécheresse, le gouvernement éthiopien a néanmoins mis en vente plus de 3 million d’hectares parmi les terres les plus fertiles, offertes aux multinationales cherchant à spéculer sur les matières agricoles et les agro-carburants.
Ces dernières années, plus de 50 million d’hectares de terres (ainsi que les ressources en eau associées à ces terres) ont été vendus aux fonds d’investissements spéculatifs, aux fonds spéculatifs, aux banques, aux gouvernements étrangers ainsi qu’à des investisseurs privés. Les agriculteurs ont à chaque fois été littéralement déracinés de leur terre et privés de leur unique moyen de subsistance.

Likes(0)Dislikes(0)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.