Baisse de 20% des exploitations agricoles dans l’UE entre 2003 et 2010 !

La saignée continue, sans soigner le malade ni attirer les jeunes. La proposition PAC 2014-2020 ne s’y attaque pas. Pour que le métier de paysan devienne suffisamment attractif, il faut des prix agricoles justes, des perspectives de revenu et la reconnaissance du travail paysan.

Jusqu’à quand la PAC néolibérale va-t-elle tuer l’agriculture paysanne et vider les campagnes ? Le dernier recensement publié par Eurostat (lien web) est alarmant : en seulement huit années, l’UE a perdu 3 millions d’exploitations !

Dans certains pays d’Europe centrale ou balte, la chute est très forte, jusqu’à 47% en Estonie. Favorisée par les primes PAC à l’ha ou historiques sans plafond, par des prix agricoles souvent en dessous des coûts de production, des normes industrielles non adaptées à l’agriculture paysanne, et par la lourdeur des obligations administratives, la concentration des exploitations a exclu du marché et du métier tant de paysannes et de paysans et fermé l’horizon de tant de jeunes voulant s’installer.

Aujourd’hui, beaucoup de jeunes ruraux et urbains veulent devenir paysans, c’est à dire des producteurs alimentaires pour nourrir la population, pas des producteurs de matières premières à bas prix pour nourrir l’industrie et la grande distribution. Or une partie importante d’entre eux sont exclus des programmes de soutien à l’installation car leurs projets ne rentrent pas dans les schémas officiels qui datent encore du 20e siècle : or le productivisme est périmé. Le temps où l’on produisait toujours plus avec de moins en moins de paysans est révolu car il ne peut répondre aux défis environnementaux, sociaux, territoriaux de l’Europe actuelle.

Dans ce sens la proposition de la Commission européenne pour une nouvelle PAC est déjà en retard et conduit l’agriculture et l’alimentation européenne droit dans le mur.

Il ne faut pas moins, mais plus de paysans. L’idée que les structures agricoles doivent être toujours plus grandes, que la « restructuration » est nécessaire, qu’il y a toujours des économies d’échelle, est une vision économique simpliste qui ne prend pas en compte de nombreux coûts, sociaux, environnementaux, de santé publique, externalisés en général vers les contribuables et les citoyens.

Il ne s’agit pas de figer les structures telles qu’elles existent, issues de 50 ans de productivisme. Mais il faut inverser la tendance actuelle au vieillissement des agriculteurs en créant une politique agricole qui dynamise l’installation en traçant des perspectives économiques, foncières, sociales favorables.

Les grandes exploitations céréalières, qui se sont souvent agrandies grâce au budget de la PAC payés par les contribuables européens, qui ont créé des déserts humains dans les grandes plaines céréalières, font-elles vivre le monde rural ?

Les grands élevages industrialisés, dont la multifonctionnalité négative s’étale dans les journaux à longueur d’année, qui ont concentré la production dans quelques régions d’Europe, apportent-ils une nourriture de qualité aux consommateurs européens ? Pourquoi les maintenir plus longtemps ?

Après le productivisme et la restructuration, l’heure est à l’agriculture paysanne, celle que les institutions en général montrent dans les films de promotion de la PAC. Or la réforme de la PAC proposée ne va pas dans ce sens.

Indignons-nous, engageons-nous pour une autre PAC !

Likes(0)Dislikes(0)

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Información básica sobre protección de datos
Responsable Víctor Montes +info...
Finalidad Gestionar y moderar tus comentarios. +info...
Legitimación Consentimiento del interesado. +info...
Destinatarios Automattic Inc., EEUU para filtrar el spam. +info...
Derechos Acceder, rectificar y suprimir los datos, así como otros derechos. +info...
Información adicional Puedes consultar la información adicional y detallada sobre protección de datos en nuestra página de política de privacidad.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.